Savoir Faire : Le Maltage

Tout savoir sur le maltage

AUJOURD’HUI, JE VOUS EMMÈNE EN MALTERIE

C’est aujourd’hui que l’intitulé de ce blog prend tout son sens. Pour comprendre les dessous du malt, il faut aller voir de plus près ce qu’il se passe en malterie. Les malteries sont, par définition des usines où l’on prépare le malt.

Celles-ci peuvent être intégrées aux distilleries qui maîtrisent alors toutes les étapes d’élaboration de leurs whiskies… Mais le plus souvent, les distilleries externalisent cette phase. Celle-ci peut alors être réalisée par des entreprises dont le maltage est le cœur d’activité, ou bien par des coopératives permettant à tous les acteurs, quelles que soient leurs tailles, de pouvoir s’adonner à une passion commune : la création du whisky (ou de la bière).

POURQUOI LE MALTAGE ?

UN PEU DE CHIMIE
« Malter » consiste à sortir le grain de son état de dormance, comme le ferait une pluie fine couplée à la chaleur du printemps. Le résultat obtenu est, biologiquement, la germination de la graine. Chimiquement, la germination, grâce aux enzymes, entraine la transformation de l’amidon renfermé dans la graine en un sucre simple, qu’il sera possible de transformer en alcool par la suite. On dit que le sucre complexe qu’est l’amidon se transforme en sucre fermentescible.

Ce sucre simple a pour vocation initiale d’aider le germe à croitre pour que la plante puisse se développer. Sa vocation par destination, pour le distillateur, est donc de pouvoir produire de l’alcool !

Les trois étapes : Comment Malter ?

Le maltage est un procédé en trois grandes étapes que je vais vous décrire ici. Il s’agit du trempage, de la germination puis du séchage.

PREMIÈRE ÉTAPE : LE TREMPAGE

Comme son nom l’indique, le trempage, étape première, consiste à humidifier le grain, pendant 48h, pour le faire sortir de son état de dormance et libérer ses enzymes. Les grains sont immergés à plusieurs reprises dans des bains d’eau à température ambiante. Par un petit orifice situé sur le dessus du grain, ils vont progressivement s’humecter, prendre en volume et se réveiller pour que la chimie opère, laissant place à l’étape suivante.

DEUXIÈME ÉTAPE : LA GERMINATION

Cette étape, c’est la germination… Familière aux provençaux (coucou c’est moi) qui, traditionnellement, mettent à germer du blé à la Sainte-Barbe, le 4 décembre, pour que l’adage « Quand le blé va bien, tout va bien », prenne sens. A première vue, la germination, c’est cette renaissance de la plante qui laisse apparaitre son germe. Chimiquement, nous l’avons abordé, c’est la synthèse de l’amidon en sucres fermentescibles nécessaires à la production d’alcool. Pendant cette étape, le grains sont retournés régulièrement pour que la plante ne puisse pas prendre ses aises et consommer tous les sucres nécessaires ensuite à la FERMENTATION.

TROISIÈME ÉTAPE : LE SÉCHAGE

La troisième étape du maltage, c’est le séchage, aussi appelé touraillage. Cette étape intervient quelques jours après la germination. Les graines sont transférées dans un four que l’on nomme le KILN (du latin « culina », la cuisine), dans lequel la température vient d’une part stopper la germination, d’autre part sécher les graines maltées. Le combustible utilisé pour alimenter la source de chaleur du kiln ainsi que la durée de séchage influe définitivement l’aromatique à venir du whisky… Patience, je traiterai ce sujet très prochainement.

Je vous conseille de croquer des grains de céréales maltées puis séchées à l’occasion d’une visite de distillerie (ou bien passez au bureau, on en a plein, et on discutera whisky). La céréale, croustillante, libère une farine aux arômes de miel et à la sucrosité, vous l’avez compris…, Très prononcée !

Tradition ou Modernité

LE MALTAGE TRADITIONNEL

D’abord, traitons du maltage traditionnel, pour la beauté du geste. Celui-ci, avant les années 60, était monnaie courante des distilleries. Les grains humidifiés, prêts à germer, étaient étalés au sol sur une vaste surface nommée l’aire de maltage.

Ils étaient ensuite régulièrement aérés et retournés à l’aide de râteaux et de pelles spécifiques. Ce travail, demandant un effort physique conséquent et répétitif, a développé parmi la population d’ouvriers des malteries une arthrose spécifique que l’on nommait « monkey shoulder » ou en bon français, l’épaule du singe.

LE MALTAGE INDUSTRIEL

L’évolution rapide des techniques d’ingénierie agricole a, à partir de la seconde moitié du Xxème siècle, permis à ces ouvriers de mettre un terme à leurs souffrances professionnelles.

Aujourd’hui, hormis pour le folklore ou pour quelques animations touristiques, la plupart des malteries travaillent le maltage industriel. Les râteaux sont délaissés pour des malteuses à tambour dont les pales aèrent et répartissent le grain. Des dizaines de tonnes peuvent être traitées à la fois, et le rythme ne désemplit pas.

En plus d’endiguer les pathologies liées à un travail physique intense, le maltage industriel permet d’avoir une meilleure homogénéité dans la germination, tout en réduisant énormément le temps alloué à cette étape.

Vous aimerez aussi

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut diam eu vel ut eu enim, erat. Mattis in non, adipiscing netus tortor quis. Ut bibendum et nunc velit facilisis nisl felis. Sit facilisis iaculis magna dictumst.

Elaboration du whisky

Savoir Faire : La Fermentation

Les vins et spiritueux doivent leur existence à LA FERMENTATION, indispensable pour l’élaboration des bières les plus légères, aux whiskies brut de fût les plus puissants et pêchus. Mais de quoi s’agit-il ?

Lire l'article
Elaboration du whisky

Savoir Faire : Le Brassage

Le brassage est une étape clé de l’élaboration d’un whisky puisqu’il prépare les grains à la FERMENTATION et ainsi, transformer les sucres en alcool.

Lire l'article

Recherchez-vous un de nos whiskies :

Pour offrir
Pour vous

Pour vous : le whisky, à quel moment ?

Peu importe il n’y a pas d’heure pour le malt
À l’apéritif, pour annoncer un repas
Pendant le repas, il se marie bien aux mets fins
En fin de repas, pour terminer sur une note maltée

Pour vous, un whisky se déguste :

Devant un beau jardin, pour accompagner l’élégance du paysage
Au coin de la cheminé, pour un moment chaleureux
En compagnie de bons mets et de bons mots
N’importe où, c’est le whisky qui amène l’endroit et l’humeur

Avec quelle personnalité partageriez-vous ce whisky ?

Boris Vian
Simone de Beauvoir
Lucchini
Marguerite Duras
Ma séléction
Profile aromatique
(D'un) verre printanier

frais fruité floral, 57.00€

Fin de partie

Gourmand, fruité, boisé, 60.00€

Aveux Gourmands

Gourmand, exotique, salin, 55.00€

Aux Particules Vines #4

Élégant, floral, fruité, 65.00€

Aux Particules Vines #5

ineux, épicé, pâtissier, 75.00€

Aux Particules Vines #6

Épicé, fruité, boisé

Uisce de Profundis

le plus abyssale, un whisky jules Vernesque à offrir en primeur (disponibilité novembre 2022), 330€

Inouïe Mélodie

Explosif, fruité, acidulé

Végétal Musette

Végétal, frais, fruité, 60.00€

Spicy Nouba

Épicé, fruité, boisé. 60€

Ma séléction
Profile aromatique
Coffret les Tumultes du Malt

La plus consensuelle : Le coffret 3x 2cl « Les Tumultes du Malt » (78.00€) ll permettra à l’heureux destinataire de découvrir 3 de nos whiskies phares

L'Atelier "Créez votre whisky"

Le plus immersive : L’Atelier « Créez votre whisky » (75.00€) Une expérience unique, pour rentrer dans la peau d’un éditeur de whisky

L’offre de découverte

La plus économique : L’offre découverte 2x 5cl (12.00€) De nos whiskies signature Végétal Musette et Spicy Nouba »

L'Abonnement K

La plus aboutie : L’abonnement K (à partir de 21€ par mois) 3 formules d’abonnement au choix pour recevoir régulièrement un whisky chez soi